Contact
Société de la Saskatchewan
Société historique de la Saskatchewan

[ Accueil ]

Bienvenue dans la Musée Virtuel Francophone de la Saskatchewan. Ce site web est une création de la Société historique de la Saskatchewan.

Vous y trouverez des informations sur une plusieurs sujets, personnages et lieux de la francophonie en Saskatchewan. Et ne manquez pas l'occasion de consultez les archives de la Revue historique.

Louis-Pierre Gravel

Louis-Pierre Gravel
Dans le but de favoriser l'immigration franco-catholique dans l'Ouest, le gouvernement central mit sur pied un système de missionnaires-colonisateurs en 1887. Chaque diocèse de l'Ouest avait son missionnaire-colonisateur, chargé du rapatriement des Franco-Américains et, d'une façon plus générale, du recrutement des colons et de leur groupement dans des paroisses de langue française. La principale faille du système, c'est que le village ainsi créé en pleine prairie ou dans le parkland dépendait pour sa survie et son progrès de la construction d'un embranchement de chemin de fer, cordon essentiel le reliant aux ports de mer. Or, l'humble missionnaire-colonisateur était habituellement loin de posséder l'influence nécessaire pour hâter de tels travaux. Il arriva plus d'une fois qu'un village ait périclité et se soit disloqué, soit que l'embranchement n'ait jamais été construit, soit qu'il l'ait été beaucoup trop tard, soit encore qu'il l'ait été à quelque distance de là. Il y eut pourtant une exception car, comme le soulignait Le Patriote de l'Ouest à l'occasion du décès de l'abbé Louis-Pierre Gravel en 1926, ce dernier pouvait compter sur l'appui «des accointances qu'il avait su se ménager dans les hautes sphères» pour faire progresser la colonie de Gravelbourg. Et ces accointances remontaient jusqu'au premier ministre du pays, Sir Wilfrid Laurier!

Regina - Baptême de la nouvelle capitale

«Si les plans du Lieutenant-gouverneur DEWDNEY réussissaient, la section 26 deviendrait presque certainement l'un des plus importants secteurs de la ville. Si ces terres qui furent par la suite divisées en 6,500 lots environ, étaient vendues au prix unitaire de 250 $, soit le prix moyen en 1882-83 pour un lopin de terre en milieu urbain, les deux compagnies mises sur pied par DEWDNEY réaliseraient une jolie fortune ... Ces terres ayant été acquises pour une somme de 3 360 $, un profit de un million de dollars était possible en vendant seulement les deux tiers de ces lots.» Très peu d'autres spéculateurs avaient acheté du terrain à proximité de cet endroit. Bien que le C.P,R. ait été désigné pour choisir l'emplacement de la nouvelle capitale conjointement avec le gouvernement, que représentait ici E. DEWDNEY c'est ce dernier qui avait en fait la main haute sur la décision à prendre; sans autre formalité le 30 juin 1882, le gouverneur épinglait à une tente un simple avis écrit de sa main, par lequel il proclamait la réservation des terres comprises dans le township 17, range 20, aux fins de développement. Le 7 août, un inspecteur des Terres y ajoutait le range 19. Le site de la future capitale était à toute fin pratique choisi. Cette décision fut annoncée officiellement le 12 août 1882 par un télégramme adressé de Winnipeg au Premier ministre canadien, Sir John A. MACDONALD par le président du C.P.R., George STEPHEN: «Dewdney here. Have agreed on location of capital new province on Pile of Bones Creek.»

Voix de la colonie (entre Moose Jaw et Saint-Ignace-des-Saules)

Voix de la colonie – Terres libres à Saint-Ignace-des-Saules (Willow Bunch)


Un compagnon de Mgr l'Archevêque nous prie de publier dans les cloches, les notes suivantes:


Commanditaires

Ministère éducation
Logo - Radio-Canada







Collection numérisée du Canada
Conseils des écoles fransaskoises








Conseil canadien des archives
Patrimoine canadien







 
(e0)