Contact
Société de la Saskatchewan
Société historique de la Saskatchewan

[ Accueil ]

Bienvenue dans la Musée Virtuel Francophone de la Saskatchewan. Ce site web est une création de la Société historique de la Saskatchewan.

Vous y trouverez des informations sur une plusieurs sujets, personnages et lieux de la francophonie en Saskatchewan. Et ne manquez pas l'occasion de consultez les archives de la Revue historique.

René Rottiers

Rene Rottiers
Dans la dernière année, la communauté fransaskoise a célébré deux importants anniversaires, les deux ayant trait au domaine des communications. L'automne dernier, le journal l'Eau vive fêtait 30 ans d'existance tandis que cette année Radio-Canada célèbre 50 ans de radio française en Saskatchewan. René Rottiers a eu un impact sur les deux médiums, comme il a contribué à plusieurs autres éléments de la communauté fransaskoise. Je me souviens de mon arrivée en Saskatchewan, en 1975, comme jeune recherchiste à Radio-Canada. J'ai partagé un tout petit bureau avec René Rottiers pendant trois ans et demi. Avant même que le père Mercure reçoive sa fameuse contravention, notre ami René Rottiers tentait de convaincre les autorités municipales et provinciales de son droit à une contravention en français.

Regina - L'aide des frères Béchard à la fondation d'une paroisse canadienne-française

La note signée par Mgr O'NEIL, et de laquelle il est question à la fin de notre chronique précédente, contient certaines im-précisions. En effet, le seul document trouvé dans le dossier de la paroisse de Sedley, relativement à un prêt accordé par les frères Séverin et Wilfrid BECHARD à «La Corpora-tion Episcopale Catholique Romaine de Regina», est daté du 7 août 1917. Ce document est signé pour la Corporation par le secrétaire de Mgr MATHIEU, l'abbé Arthur BENOIT, et est contresigné par le curé de la paroisse de Sedley, Mgr A.J. JANSSEN; une indication stipule: «renewd, January 1925»; le document original porte aussi les signatures des frères Séverin et Wilfrid BECHARD. (1) La note de Mgr O'NEIL se rapporte donc, semble-t-il, à un contrat différent de ce dernier, mais qui est vraisemblablement un renouvellement du pre-mier; il a été établi en 1925, alors que le solde de la dette s'établissait à $5,553.94. (2) Toutefois, ce dernier contrat mentionné par l'Archevêque n'a pas été trouvé dans le dossier de la paroisse de Sedley, aux archives de l'Archidiocèse de Regina. Comment expliquer par ailleurs que Mgr O'NEIL mentionne dans sa note le montant du premier emprunt (en 1917), alors que le solde de cette dette était inférieur de plus de $1,200.00 à ce montant lors de son renouvellement en 1925? Puis, pendant plus de 20 ans, semble-t-il, plus personne n'entendit parler de la dette contractée par la Corporation envers les frères BECHARD. Bien sûr, la pénible période de récession des années trente avait sévèrement coupé les revenus de la Corporation, et celle-ci était aux prises, plus que jamais, avec de très sérieuses difficultés financières, et vraisemblablement dans l'impos-sibilité alors de respecter ses engagements envers les frères BECIIARD.

Les Canadiens Français et le rôle de l'Église catholique dans l'Ouest

Au cours d'une série d'articles, publiés dans L'Action Française de Montréal à l'occasion du soixantième anniversaire de la Confédération, S. G. Mgr l'Archevêque de Saint-Boniface a écrit le suivant:


Commanditaires

Ministère éducation
Logo - Radio-Canada







Collection numérisée du Canada
Conseils des écoles fransaskoises








Conseil canadien des archives
Patrimoine canadien







 
(e0)