Contact
Société de la Saskatchewan
Société historique de la Saskatchewan

[ Accueil ]

Bienvenue dans la Musée Virtuel Francophone de la Saskatchewan. Ce site web est une création de la Société historique de la Saskatchewan.

Vous y trouverez des informations sur une plusieurs sujets, personnages et lieux de la francophonie en Saskatchewan. Et ne manquez pas l'occasion de consultez les archives de la Revue historique.

Arthur Marchildon

Arthur Marchildon
Pendant bien des années, la communauté fransaskoise avait dépendu sur les religieux et les religieuses pour lui donner le «leadership» dont elle avait tellement besoin. Ce «leadership» venait des religieuses qui, dans leurs couvents, assuraient l?enseignement d?un bon français aux petits garçons et aux filles de chez nous. Il venait des pères dans les collèges et, bien sûr, des curés de paroisse qui n?avaient pas peur d?exhorter leurs paroissiens à s?impliquer dans les causes françaises, que ce soit l?ACFC, la radio française ou les activités dites culturelles. Certains d?entre eux ont laissé leur marque sur la communauté fransaskoise. Roger Ducharme, dont j?ai déjà parlé dans cette chronique, était un de ces religieux qui s?est dévoué à la cause ; Maurice Baudoux, qu?on a surnommé «le père de la radio française», en était un autre. Un troisième qu?on ne doit pas oublié était l?abbé Arthur Marchildon.

Howell (Prud'homme)

Un bout d'histoire....(2)

Howell: Le C.N.R. qui avait attendu 5 ans avant de nous donner une station convenable - les malins disent que c'était à cause de notre qualité de Canadiens-français - se décide enfin sur notre réclamation réitérée à nous doter d'une station convenable: le bois est arrivé et les ouvriers ne tarderont pas.

Le Patriote de l'Ouest
le 31 août 1910

Roland Pinsonneault

Certains disent qu'il a été un des géants de la communauté fransaskoise méritant sa place contre les Denis, Gravel, Godin, de Margerie et Lepage. Il était peut-être un très pauvre fermier, mais il s'est taillé une place dans l'histoire fransaskoise par son dévouement inlassable à la langue française, la culture fransaskoise et l'éducation des enfants dans leur langue maternelle. La crise économique des années 1930 l'avait obligé à abandonner tôt ses études. Pour cette raison, il n'avait pas pu devenir journaliste, animateur de radio, enseignant ou avocat. Mais sans l'entêtement d'un Rolland Pinsonneault, il n'y aurait peut-être pas eu de radio française et de journal Eau vive en Saskatchewan. Sans sa détermination, il n'y aurait peut-être pas eu d'écoles fransaskoises et de DSF #310 et le Collège Mathieu aurait possiblement déjà fermé ses portes.


Commanditaires

Ministère éducation
Logo - Radio-Canada







Collection numérisée du Canada
Conseils des écoles fransaskoises








Conseil canadien des archives
Patrimoine canadien







 
(e0)